décembre 8, 2022

Nice 1 – 0 PSG – Les Notes du Match !


Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /homepages/2/d733303966/htdocs/clickandbuilds/demarquage/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67

Chaque semaine, un membre de la rédaction vous donne son analyse du match des parisiens. L’occasion de faire le point sur les prestations et attitudes individuelles de nos joueurs. Entre passion dévorante, coups de sang, amour démesuré du club et mauvaise foi crasse.

<

Nice 1 – 0 PSG

Navas 6 : Pas franchement mis à contribution durant le match avant de prendre une frappe limpide dans sa lucarne sur laquelle il ne peut rien faire. Deuxième défaite consécutive après Nantes pour San Keylor, qui perd peu à peu du terrain dans son duel face à Donnarumma.

Bernat 5 : A défaut de retrouver son niveau, Juan Bernat est une solution fiable dans le couloir gauche en l’absence de Nuno Mendes. Sérieux en défense, disponible en attaque. Un match appliqué sans coup d’éclat.

Diallo 7 : Pour son retour dans le 11 de départ parisien au poste de défenseur central, Le champion d’Afrique a livré un match très solide. Impassable, il a remporté tous ses duels. Concerné, impeccable, recours fiable en défense centrale.

Marquinhos 6 : Maitre de sa défense, toujours bien placé sur les offensives adverses, souverain dans le jeu aérien. Encore un bon match de l’Imperator Parisien.

Kehrer 3 : Quand Thilo joue latéral, il joue contre nous. Une fois encore le flanc droit était grand ouvert. Il a passé une grande partie du match à se friter avec Angel, qui avait décidé de ne pas l’aider en défense. Du coup il ne l’a pas aidé en attaque. Remplacé par Draxler à la 90e.

Verratti 6 : Dans une équipe rapidement réduite à 10 par la titularisation de Wijnaldum, Verratti avait pour mission de s’extirper du pressing Niçois pour combiner avec Ney et Messi. Il a fait ce qu’il a pu sans ménager sa peine en défense. Encore 90 minutes sur le terrain pour le hibou, c’est devenu une habitude cette saison, enfin.

Danilo 4 : Retour dans le rang pour le soldat Danilo, qui a livré une prestation quelconque. Discret en phase offensive, mangé dans les duels, il fait un retour défensif tout mollasson sur Stengs à la 88e qui a tout le temps d’ajuster un centre en détente pour Delort. Résultat : patate de forain en loufe.

Wijnaldum 1 : Nouvelle très haute performance de cache cache pour le Hollandais. 9 ballons touchés en première période, aucun ballon en deuxième période jusqu’à la 63e. Masterclass. Depuis le banc, même Icardi n’a pas pu cacher son admiration. Plus grosse carotte impliquant le FC Barcelone depuis le 6 mars 2017. Remplacé par Gueye à la 90e. Coaching brillant.

Messi 5 : Privé de son coup de rein, il peine à briller par des différences individuelles. Privé de Mbappé, il n’avait personne à mettre sur orbite par sa science de la passe. Alors il a combiné avec Verratti et Neymar dans les petits espaces, au milieu de l’entonnoir discipliné de Galtier, sans jamais trouver la solution.

Neymar 5 : Physiquement, le roi Ney avait l’air d’être de retour en forme. Mais la tête est déjà à Madrid. Privé de ses moyens pour le huitième de finale aller, il a refusé les duels pour être certain d’être de la partie au retour, mercredi. Il a néanmoins apporté le danger notamment par sa superbe ouverture sur Di Maria à la 9e minute.

Di Maria 3 : En l’absence de Kylian, il a tenté d’apporter de la profondeur à l’attaque parisienne. Pas inspiré à la conclusion les deux seules fois où ses appels transpercent le rideau défensif Niçois. Imprécis, maladroit, il n’a pas pu peser sur la défense adverse. En plus, il a laissé le petit Thilo se débrouiller tout seul derrière. Pas sympa. Remplacé par Icardi à la 79e (Maurice avait fini sa sieste), qui a perdu sa gomina et son talent.

Pochettino 2 : Mais quel entêtement. On sait que Kehrer est terriblement dans le dur en ce moment, et que Wijnaldum est perdu. Mais Maurice insiste. Peut-être espère-t-il un sursaut de Georginio, peut-être n’a-t-il pas fait le deuil de récupérer le joueur de Liverpool pour la fin de saison . Mais encore une fois le pari est perdant. On sait que sans Kylian la surface adverse sera déserte. Peu importe, la poche laisse son équipe s’engluer dans l’entonnoir. Et devant ce match cadenassé, où Paris ne se procure quasiment aucune occasion malgré une grosse domination, la Poche ne bouge pas. Même dispositif. Mêmes seconds couteaux. Coaching inexistant. Résultat : une nouvelle défaite face à Galtier.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x