Après chaque nouvelle journée de Ligue 1, l’équipe Démarquage apporte son regard sur une équipe, un joueur, un entraîneur ou un autre élément qui a marqué l’attention footballistique hexagonale durant le week-end. Aujourd’hui, focus sur l’Olympique de Marseille. Après des dernières semaines compliquées, l’OM est parvenu à enchaîner deux victoires consécutives face à Bordeaux et Dijon pour se relancer dans la course à la Ligue des Champions. Mais est-ce seulement suffisant pour que la cité phocéenne puisse à nouveau s’embraser ? Éléments de réponse.

 

Objectif : Voler vers la Ligue des Champions // Source image: Le10sport.com

“Le pastis, c’est comme les seins. Un c’est pas assez et trois c’est trop.” Cette citation mythique, sortie de la bouche du non-moins fabuleux Fernandel, véritable enfant de la cité marseillaise, résume parfaitement la mentalité si particulière des habitants de la deuxième ville la plus peuplée de France. Hé oui, si vous ne le saviez pas encore, sachez qu’à Marseille quand on aime, on aime passionnément et si jamais on déteste, alors on déteste avec un dégoût bien prononcé. Une situation qui ne date pas d’hier mais que Frank McCourt et Jacques-Henri Eyraud semblent avoir du mal à gérer, restant toujours très en recul de la scène médiatique malgré les contre-performances qui s’enchaînent. Le mois de décembre a sonné comme le début d’une (très) mauvaise passe qui s’est traduite par une seule petite victoire en 11 rencontres (face à Caen, 0-1) et l’élimination des deux coupes nationales. Alors que le volcan marseillais commençait sérieusement à s’embraser – demandant pour certains la tête de Rudi Garcia et pour d’autres la démission de quelques dirigeants – deux victoires successives combinées à l’arrivée de Super Mario ont remis l’OM sur de bons rails. Mais le wagon dans lequel se sont engagés les Marseillais sera-t-il celui menant jusqu’à la prochaine Ligue des Champions ?

Tant qu’il y’a de la vie …

Il y’a de l’espoir ! Et ça tombe bien, car l’espoir fait vivre. Surtout dans une ville comme Marseille où la passion prend souvent le dessus sur la raison. Actuellement 5ème, à 6 points de Lyon (3ème) et 12 de Lille (2ème), Marseille peut encore légitiment espérer finir sur le podium. Si la seconde place semble difficile à atteindre, il reste en revanche 14 journées aux Marseillais pour compléter le trio de tête. A l’instar des Lillois, ils n’ont plus qu’un seul objectif : le championnat. Éliminé de toutes les compétitions (européennes et nationales), Rudi Garcia n’aura donc plus aucune excuse à donner sur la fraîcheur physique de son effectif.

“P’tain Balo, y’a que toi qui peut me sortir de là” // Source image: football365.fr

L’objectif est clair et la cible toute trouvée : récupérer les 6 points de retard sur l’Olympique Lyonnais qui occupe cette tant désirée 3ème place. Pour se faire, il va falloir enchaîner les victoires dans un mois de février où les Lyonnais pourraient perdre des points au vu de leur double confrontation face à Barcelone en Ligue des Champions et de leur participation à la Coupe de France. Un enchaînement de matches qui pourrait peser dans la balance. Mais avant de penser aux autres, Marseille doit veiller à ne plus commettre d’erreurs. Les 5 prochaines rencontres seront ainsi un bon moyen de savoir si la machine est véritablement lancée : Amiens, Saint-Etienne et Nice viendront défier les Marseillais au Vélodrome qui devront eux se déplacer à Rennes mais surtout au Parc des Princes, le 17 mars prochain. Ce sont donc 5 véritables tests qui attendent l’équipe phocéenne et qui permettront, ou non, de se lancer à la quête de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Il ne restera ensuite “que” deux déplacements périlleux. A Bordeaux d’abord, où la victoire les fuit depuis 42 ans, puis dans la chaude ambiance alsacienne de La Meinau. Face à eux, l’OL aura également fort à faire avec des déplacements à Monaco, Strasbourg, Rennes et Bordeaux et les réceptions de Lille et Montpellier.

Toutes ces rencontres auront lieu avant une 36ème journée qui verra s’affronter Marseillais et Lyonnais dans l’arène du Vélodrome. A deux journées de la fin, cette affiche devrait valoir son pesant de cacahuètes si les hommes de Rudi Garcia parviennent à élever la cadence jusqu’ici. A noter quand même que sur les 10 dernières années, Marseille n’a battu Lyon qu’à deux reprises au Vélodrome en 11 rencontres disputées …

 

Nouvelle formation pour une nouvelle vie ?

L’arrivée de Super Mario Balotelli dans la peau du tant attendu Grantatakan pose des questions sur la formation à adopter pour mettre l’attaquant italien dans les meilleures dispositions possibles. Organisés dans un 4-4-2 bancal avec Thauvin en pointe et Sarr sur l’aile droite à l’heure d’affronter Dijon vendredi dernier, les Marseillais ont pêché dans la construction du jeu – bien handicapés par de nombreuses absences – et ont rapidement concédé l’ouverture du score. Comble du hasard ou véritable prouesse tactique, à la 55ème Rudi Garcia décide de changer Sarr par Germain pour accompagner Balotelli, permettant ainsi à Thauvin de retrouver son aile droite. Sur le corner qui suit, Super Mario égalise à bout portant. Libérée par ce but, l’équipe combine mieux sans être toutefois transcendante et c’est finalement sur un exploit personnel de grande classe qu’Ocampos vient donner la victoire aux siens.

Rudi Garcia semble apprécier l’idée d’accompagner Balotelli d’un autre attaquant avec lequel il puisse combiner. Un profil qui semble parfaitement coller à celui d’un Valère Germain, trop souvent mal utilisé depuis qu’il évolue à l’OM. Libéré de cette pesante responsabilité de marquer que devrait désormais endosser Balo, Germain pourrait ainsi s’adonner à ce qu’il sait faire de mieux : joueur, créer, combiner et passer. Une option prometteuse que Garcia semble vouloir mettre en avant lors des prochains jours. Mais le retour de blessure de Payet risque de poser quelques soucis compte-tenu de ses difficultés à évoluer sur un côté. Davantage à son aise lorsqu’il évolue derrière l’attaquant, Dimitri pourrait vite déchanter sur l’aile gauche et obliger Rudi Garcia à faire des choix déterminants.

L’OM devra aussi compter sur le retour d’un grand Mandanda … // Source image: foot01.com

Quoi qu’il en soit, l’attaque n’est surement pas le soucis numéro 1 de l’effectif actuel. Une fois de plus, le gros chantier réside dans la défense phocéenne. Lors des deux dernières rencontres, synonymes de victoires, le coach a décidé d’installer un nouveau duo en défense centrale : la paire Caleta Car – Kamara. Si les deux jeunes joueurs n’ont pas (encore) donné entière satisfaction, ils ont été bien plus rassurant que les Rolando et consorts. D’autant que leur jeune âge laisse à penser qu’une complémentarité pourrait très vite naître au fil des matches. Cela permettra également à Luiz Gustavo de retrouver sa place naturelle au milieu de terrain en compagnie d’un Strootman qui prend peu à peu ses marques et cherche aussi une certaine stabilité. Reste à travailler les automatismes entre les deux hommes, d’autant que les bonnes performances récentes de Sanson et Lopez peuvent venir troubler l’ordre du milieu. Mais l’inquiétude numéro 1 à l’heure actuelle penche plutôt vers le poste de gardien de but. En effet, les dernières prestations de Mandanda ont laissé entrevoir de grosses lacunes à tous les niveaux (sorties, arrêts, duels aériens, placements …). Comme si en l’espace de quelques mois, Mandanda avait perdu toutes ses capacités dans l’unique but de pouvoir tourner au côté de Lebron James dans le prochain Space Jam 2. Un problème récurent qui a de nouveau jailli face à Dijon (voir photo) et auquel il faudra vite remédier.

Si le chantier est encore immense, les motifs d’espoir pour une fin de saison réussie n’ont jamais été aussi présents ces dernières semaines. Rudi Garcia aura la lourde tâche de trouver la bonne alchimie qui permettra aux joueurs phocéens de briller sur le terrain pour permettre – enfin – de rendre crédible le fameux “Champions Project”. 


Max MIOTTO

Un beau jour, Pirlo toucha la balle et le foot devint art


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des