Aujourd’hui, Démarquage vous emmène à la découverte d’un talent caché de notre chère Ligue 1. Du haut de son mètre 75, Flavien Tait est la nouvelle coqueluche du SCO d’Angers. La saison 2018-2019 est l’occasion pour lui de sauter dans le grand bain. A seulement 25 ans, l’attaquant angevin rêve de passer un cap. Zoom sur l’un des joueurs les plus sous-côtés de notre Ligue des Talents. 

© Josselin Clair –
Flavien Tait avec ses supporters

Polyvalence et patience

Nous sommes le 17 Mars 2018, le SCO de Stéphane Moulin accueille Caen pour le compte de la 30ème journée. Comme à son habitude, Angers évolue en 4-3-3, avec en pointe K. Toko-Ekambi accompagné de Flavien Tait et du jeune Reine-Adélaide sur les ailes. Le début de match est poussif. Les Angevins confisquent le ballon mais n’arrivent pas à faire la différence. Pourtant, depuis son coté gauche, Tait met véritablement au supplice son vis-à-vis Frédéric Guilbert. Déplacement dans l’axe, appels dans la profondeur, récupérations au milieu de terrain, redoublement de passes avec Toko-Ekambi, le natif de Longjumeau est partout.

Les Caenneais sont acculés en défense et, dès la 10eme minute, vont craquer une première fois. Sur une touche dans la moitié de terrain adverse, Toko-Ekambi décale Flavien Tait à l’entrée de la surface. Complètement excentré à 25 mètres de la cage adverse, le numéro 20 contrôle le cuir et déclenche une frappe décroisée surpuissante qui vient se loger dans la lucarne gauche de Vercoutre. Si le stade Raymond Kopa hurle de bonheur, lui préfère sobrement frapper l’écusson du club comme célébration, en toute modestie. Bref, du Flavien Tait finalement. Mais cela n’est que le début de son festival. A l’approche de la mi-temps, les Caennais dégagent le ballon, un peu paniqués. Thomas Mangani s’impose dans le duel aérien et sert le buteur qui, d’une aile de pigeon en une touche de balle, délivre un caviar à Ekambi qui s’empresse d’ajuster le portier normand. A la mi-temps, l’ancien Castelroussin en est déjà à 1 but et 1 passe décisive. La hype est lancée.

Deux mois plus tard, les Angevins sont à la lutte pour le maintien. Les derniers points à distribuer sont primordiaux et Stéphane Moulin le sait bien. Contre la lanterne rouge Metz qui joue son va-tout en Ligue 1, le début de match est poussif. Tellement que, contre toute attente, Florent Mollet ouvre le score pour Metz dès la 20ème minute. Les Angevins semblent perdus et pratiquent un football assez individualiste. On joue la 90ème lorsque l’entraîneur du SCO décide de rebaptiser le célébrissime “Fergie Time” en “Moulin Time”. Certes, le blaze claque un peu moins mais le résultat est tout aussi probant. A la 92ème minute, Flavien Tait se charge d’un corner qui, après un gros cafouillage, permet à Pavlovic de recoller au score. Pour autant, le match n’est pas terminé. Sur l’engagement, le SCO récupère le ballon. Thomas Touré est lancé dans son couloir et centre en une touche vers Tait. Ce dernier vient crucifier les Grenats d’une frappe en demi-volée dans le petit filet droit. Une fois de plus, le natif de Longjumeau se montre décisif dans une rencontre sens dessus-dessous. Efficacité, combativité et fantaisie, Flavien Tait régale son entraîneur et ses supporters. En progression constante, le numéro 20 va terminer l’exercice 2017-2018 avec 4 buts, 3 passes décisives et le moral au beau fixe. A la clef de cette merveilleuse saison révélatrice, une prolongation de contrat qui le lie aux Angevins jusqu’en 2022.

La confirmation

Et hop, Rabiot dans la sauce / Ouest France Daniel Fouray

Mais avant de connaître les joies de la Ligue 1, le chemin fut bien plus ardu pour l’actuel Angevin. Passé par plusieurs centre de formation, il intègre finalement celui de Châteauroux en 2010 lorsqu’il a 18 ans. Un an plus tard, il convainc ses dirigeants de lui laisser sa chance. En 2011, il signe son premier contrat professionnel sous le maillot Castelroussin. Une aubaine pour ce jeune joueur plein de qualités. Son comportement irréprochable et sa persévérance lui permettent de grappiller du temps de jeu. La récompense arrive en 2013, lorsqu’il foule pour la première fois une pelouse de Ligue 2 contre Lens. Une entrée presque anonyme, puisqu’il ne dispute que 12 minutes en entrant à la place de Benjamin Jeannot, l’actuel buteur de Dijon, mais qui lui permet de découvrir le football professionnel. La saison suivante est celle de la confirmation. Sa présence dans l’équipe première de Châteauroux ne fait plus aucun doute. En une saison, il inscrit 4 buts et se montre précieux dans la création offensive du jeu de son équipe. La saison 2013-2014 ne restera pas dans les annales pour les Castelroussins. Additionnez la descente en National à la blessure au ménisque pour Flavien Tait et vous obtiendrez une saison cauchemardesque.

Après plus de 75 apparitions sous le maillot de la Berrichonne, il était temps pour Flavien Tait de viser plus haut. Lors du mercato d’été 2016, Angers sent la bonne affaire et signe Tait en tant que joueur libre. Son volume de jeu et sa polyvalence impressionne déjà ses dirigeants. De son côté, le néo-angevin ne met que très peu de temps à s’installer dans le 11 titulaire. La suite n’est que régalades et caviars pour ses attaquants, que ce soit dans l’art de la dernière passe ou par des buts qui valent à chaque fois le détour.

Bref, un joueur de Ligue 1 encore sous-côté, un peu à l’instar de cette équipe d’Angers qui peine actuellement à enchaîner les bons résultats malgré des prestations convaincantes. A l’heure de se déplacer à Nice en début de soirée (18h), le SCO aura besoin d’un Tait des grands soirs pour espérer ramener les 3 points.


Zacharie Curiel

Adepte de virgules, de points d'exclamation et de petits ponts.


1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Goislard Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Goislard
Invité
Goislard

Cet hommage à Flavien n’est que justice. Un supporter du SCO