Inho :  se dit d’un artiste attaché au cuir. Avant que Kwon Chang-Hoon ne signe au Dijon FCO, aucun joueur sud coréen n’avait foulé la pelouse du stade Gaston Gérard. Le jeune attaquant, victime d’une grave blessure au tendon d’Achille en Mai 2018, a su trouver les capacités pour revenir à son meilleur niveau. Et quelle meilleure voie pour y parvenir que celle d’aller consulter Achille. 

Et hop, un défenseur dans la sauce. AFP

Le pied gauche soyeux

Si l’on en croit les supersititions, ou les études scientifiques, une personne gauchère serait largement plus créative qu’une droitière. Kwon Chang-Hoon alias Kwon ne déroge pas à la règle. Arrivé au mercato d’hiver 2017 des Suwon Bluewings, il s’est integré au club bourguignon et à la culture européenne plus rapidement que prévu. Ses débuts laissent les observateurs sans voix. Installé sur son côté droit, ses courses répétitives vers l’avant font valser bon nombre de défenseurs. Accompagnés de Naim Sliti et de Julio Tavares, le trio est décisif et va permettre à Dijon de réaliser une saison 2017-2018 pleine, avec à la clé une 11ème place. Mais le temps passe vite, et la réalité a rattrapé Dijon depuis, aujourd’hui 18ème au classement avec 20 points…

Cette blessure au tendon d’Achille a considérablement plombé la montée en régime du sud-coréen, lui qui “aurait dû” être présent au dernier Mondial. Comme en témoigne sa première saison pleine qui abonde de café crème et de buts, avec notamment cette merveille contre Amiens. Après un ballon balancé devant par le défenseur dijonnais, il récupère le ballon à l’entrée de la surface, prend appui sur le cousin de Valbuena, Sammaritano et déclenche en une touche un délice d’enroulé. En un laps de temps, Kwon se transforme en Messi et éblouit la France de son talent. Kwoninho enchaîne les performances et régale la Bourgogne. L’ancien entraîneur Olivier Dall’Oglio compte en effet beaucoup sur lui  : “Il travaille beaucoup. Il comprend très vite ce qu’on lui demande et il est très professionnel dans son attitude”.

L’aigle de Séoul. AFP

La rigueur, et la persévérance font de Kwon un danger de plus dans l’attaque sexy de Dijon. Qui n’aimerait pas avoir Sliti, Kwon ou Saïd dans son trio d’attaque en Ligue 1 ? Multiplier les efforts n’est pas non plus un problème pour le sud coréen lui qui a grandit dans une famille modeste. Lors d’une rencontre au Stade Pierre Mauroy face à Lille lors d l’avant dernière journée, il laisse s’exprimer sa palette offensive et son envie incommensurable par un but de renard des surfaces. La suite est certes un peu plus grise pour le sud coréen avec cette fameuse blessure, pourtant les rumeurs de transfert n’ont pas cessé de flotter autour du jeune sud-coréen. Envoyé en Allemagne, ou même à Saint-Etienne, son cœur est toujours resté en Bourgogne. Lui qui a beaucoup apprecié la ville de Dijon compte bien terminer son contrat avec les Rouges jusqu’en 2021.

A l’heure de recevoir justement Saint-Etienne ce vendredi soir à 19h, Kwon se positionne en tant que leader offensif de cette équipe dijonnaise. Autour du jeune Sory Kaba et de Naim Sliti, il doit être l’un des artisans du maintien en Ligue 1. Cela passe donc par une performance aboutie face à des Verts en quête d’une désespérée place européenne. Place au jeu ! 

 


Zacharie Curiel

Adepte de virgules, de points d'exclamation et de petits ponts.


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des