Pour sa 6ème participation à la phase de poules de la plus prestigieuse des compétitions européennes, Lille s’attaque à la révélation de la saison passée, l’Ajax Amsterdam. Demi-finaliste après avoir éliminé le Real Madrid et la Juventus, le club de la capitale néérlandaise s’était finalement fait sortir, aux portes de la finale, par Tottenham. De quoi effrayer les Lillois ? Pas tant que ça. D’abord, parce que l’Ajax a perdu des éléments majeurs de son effectif cet été mais surtout, parce que l’heure de Galtier a sonné. Et voici pour vous les ingrédients de la recette miracle du Chef Christophe pour venir à bout de l’ogre hollandais.

 

Quand tu sais que tu vas rouler sur l’Ajax / source : www.lest-eclair.fr

 

Amsterdam, terre de dangers…

Lorsqu’elle évolue à domicile, l’Ajax a de quoi faire peur. Très peur, même. La saison dernière en Eredivise, sur ses 17 matches disputés dans son antre de l’Amsterdam ArenA, 15 se sont soldés par une victoire pour seulement deux petits matches nuls (1-1 lors de la première journée contre Heracles et 4-4 face à Heerenveen). Mais c’est surtout le nombre de buts inscrits qui a de quoi faire frémir. 70 rien qu’à domicile en 17 rencontres, soit une moyenne de buts marqués supérieure à 4 ! Pourtant, en Ligue des Champions, le bilan n’est pas tout aussi flatteur. La saison passée, l’Ajax a disputé 6 rencontres à domicile pour un total de 2 victoires (Benfica & Athènes), 2 nuls (Bayern & Juve) et 2 défaites (Real Madrid & Tottenham). En premier lieu, ces différences comptables s’expliquent bien évidemment par une différence considérable de niveau entre des équipes moyennes du championnat des Pays-Bas et les membres du gratin européen.

Mais à y regarder de plus près, il ne faut pas seulement y voir une différence de niveau footballistique mais bel et bien une brèche dans la machine hollandaise. En effet, dès lors que l’Ajax évolue devant ses fans, elle ne se pose aucune question sur la tactique à adopter. Ainsi, on assiste de manière inéluctable à des vagues offensives qui se répètent inlassablement. A tel point, qu’elle en oublie parfois son repli défensif. Une véritable aubaine à saisir pour le LOSC, qui devra d’abord s’atteler à ériger un véritable mur devant sa surface de réparation.

 

… aux nombreuses opportunités

C’est précisément à cet instant que le génie tactique de Christophe Galtier doit intervenir. Conscient des qualités offensives de l’Ajax, il faudra tout mettre en oeuvre pour leur laisser le moins d’occasions possible et, de facto, compter sur un Mike Maignan des grands soirs. Finalement, le LOSC devra répéter – avec davantage de réussite et d’ambitions offensives – ce qu’il était parvenu à faire durant 70 min au Parc des Princes la saison dernière. Un bloc bas, compact et solidaire, qui fait les efforts ensemble et qui s’applique à ressortir proprement les ballons pour exploiter au mieux la vitesse de ses joueurs offensifs sur les contres. L’axe central aura évidemment un rôle fondamental à jouer. L’expérience de Fonte combinée à la puissance du roc brésilien Gabriel devront se montrer infranchissables. Idem pour les latéraux qui vont devoir sans cesse couvrir leur couloir et se montrer d’une extrême vigilance face aux nombreux déboulés adverses.

 

“The Wall” ©D.Charlet/AFP

 

Qu’on se le dise clairement, Christophe Galtier adore ce type de rencontre. Ces grands événements où son équipe est en position d’outsider. On se souvient notamment de ses prouesses tactiques opérées lors des Derbys entre stéphanois et lyonnais. Un bloc bas, une solidarité à toute épreuve et une volonté de jouer à fond le peu d’occasions à se mettre sous la dent. A Lille, en plus d’avoir une base défensive solide, l’ex-entraineur des Verts possède de véritables diamants en attaque. Ce soir, ça devrait être le trio Bamba-Osimhen-Ikone qui se chargera de l’animation offensive, soutenu par un milieu dans lequel on espère que l’expérience d’un Renato Sanches fera la différence. A l’extérieur, Lille reste sur une série de 6 matches sans victoire en Ligue 1. Cette saison, le LOSC a même perdu ses deux seules rencontres loin de ses bases en n’inscrivant pas le moindre but (0-2 à Reims et 0-1 à Amiens). Mais face à l’Ajax, la philosophie de jeu ne sera clairement pas la même. Lille ne devra en aucun cas se soucier de faire le jeu et sera justement dans la peau tant désirée de l’outsider.

 

Serial Buteur © REUTERS

 

Un statut qui semble parfaitement correspondre aux qualités de cet effectif. Malgré le départ de Pépé cet été, Lille dispose encore de fabuleux joyaux devants. D’autant qu’en face, la défense est le véritable point faible d’une équipe orpheline de De Ligt – son ex-capitaine et leader défensif – transféré depuis à la Juve. Friands d’espaces, Ikoné et Bamba auront pour mission de remonter rapidement la balle en contre afin de mettre Osimhen dans les meilleures conditions possible et lui permettre, ainsi, d’inscrire son premier but à l’extérieur. L’histoire serait belle et aurait de quoi ravir les 2800 supporters lillois présents dans l’enceinte néerlandaise ce soir.

Si les observateurs du football et les bookmakers ne semblent pas croire en une éventuelle performance du LOSC, chez Démarquage nous sommes convaincus que l’exploit est possible. D’abord, parce que l’Ajax doit combler la perte de certains de ses joyaux de sa folle épopée passée – ce qui peut demander du temps – mais surtout parce que Lille dispose de véritables qualités dans chaque partie du terrain. Dans la peau de l’outsider, les hommes du sorcier Galtier auront à coeur de démontrer à toute l’Europe qu’ils ne sont pas venus ici pour faire de la figuration et comptent bien jouer les trouble-fêtes dans ce groupe H. 


Max MIOTTO

Un beau jour, Pirlo toucha la balle et le foot devint art


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des