Après une première journée européenne où seul le PSG était parvenu à l’emporter face au Real Madrid, les clubs français ont relevé la tête lors de cette deuxième journée. Malgré 3 équipes en déplacement, nos représentants de la “Ligue des Talents” ont arraché 2 victoires, pour 2 nuls et 2 défaites. Un total qui rapporte 6 points au coefficient UEFA et qui donne un peu d’air.

©AFP

Ligue des Champions :

 

Galatasaray 0-1 PSG (Icardi 52e)

LILLE 1-2 Chelsea (Abraham 22e ; Osimhen 33e ; Willian 78e)

Leipzig 0-2 LYON (Depay 11e, Terrier 65e)

 

Mardi, on promettait l’enfer aux Parisiens dans la bouillante enceinte du stade Ali Sami Yen de Galatasaray. Si l’ambiance fut effectivement électrique, cela n’a pas empêché les hommes de Thomas Tuchel de l’emporter. Sur la plus petite des marges, certes, mais avec beaucoup de maîtrise face à un adversaire clairement limité et composé de nombreux anciens joueurs de Ligue 1 (Falcao, Belhanda, Seri, Feghouli…). Privé de Neymar (suspendu), Cavani (blessé) et Mbappé laissé sur le banc au coup d’envoi, les Parisiens s’en sont remis à leur nouvelle recrue, Icardi, qui a inscrit son premier but sous ses nouvelles couleurs grâce à un service XXL de Sarabia. Malgré quelques légères frayeurs en fin de match, le PSG confirme sa place de leader du groupe A avec 6 points, soit 5 de plus que le Real Madrid tenu en échec sur sa pelouse par Brugge (2-2).

Mercredi, Lille et Lyon avaient fort à faire face à deux redoutables adversaires. Pour Lyon, il s’agissait d’un déplacement périlleux en Allemagne, du côté de Leipzig. Accrochés face au Zenit lors de la première journée à domicile (1-1), les hommes de Sylvinho – en pleine crise en championnat avec 6 matches consécutifs sans victoire – devaient impérativement réagir. Installés dans un 3-5-2 “Genesiesque“, les Lyonnais ont créé l’une des sensations de cette journée en s’imposant 2-0 face aux allemands du sorcier Nagelsmann, grâce à deux réalisations de Depay et Terrier. S’ils peuvent remercier les nombreux ratés de Werner, les Gones se sont montrés impériaux défensivement à l’instar d’un Lopes infranchissable et d’une doublette Andersen-Marcelo des grands soirs. Grâce à ce succès, Lyon passe premier de son groupe, à égalité de point avec le Zenit, avec 4 points au compteur. De bonne augure avant d’affronter par deux fois Benfica, bon dernier avec deux défaites.

Osimhen, buteur maison ©Yahoo Sport

Enfin Lille, malgré une prestation encourageante, n’a pas pu faire mieux qu’une courte défaite face au récent vainqueur de la Ligue Europa. Emmené par un Tammy Abraham qui n’en finit plus de scorer (8 buts TCC), Chelsea s’est imposé grâce à une sublime reprise de volée “Trezeguienne” de Willian à la 78ème. Avant cela, Lille était pourtant parvenu à égaliser grâce à l’inévitable Osimhen, auteur de son 7ème but à domicile cette saison (en 4 rencontres !). Avec 0 point en deux journées, cela semble dorénavant compliqué pour Lille d’éviter une 4ème place dans un groupe très homogène et relevé (Ajax, Chelsea et Valence). La double confrontation à venir face à Valence va probablement déterminer si Lille peut encore légitimement rêver d’une qualification en Europa League.

Europa League :

 

SAINT-ETIENNE 1-1 Wolfsburg (Kolodziejczak 13e ; William 15e)

Lazio 2-1 RENNES (Morel 55e ; Milinkovic-Savic 64e, Immobile 75e)

Hier, Saint-Etienne et Rennes devaient repartir de l’avant après une première journée sans aucune victoire. Mal en point en championnat, les Verts ont également mal débuté leur phase européenne. Après une défaite inaugurale en terre belge, Sainté devait absolument faire un résultat face à Wolfsburg. Dans une très belle et chaude ambiance, les hommes de Ghilsan Printant débutent le match mollement mais parviennent tout de même à ouvrir le score grâce à Kolodziejczak. Une avance qui ne durera que quelques secondes car, dans la foulée, Wolsburg égalise grâce à une tête de William laissé seul dans la surface. Malgré quelques offensives et une prestation d’ensemble rassurante, Saint-Etienne devra se contenter d’un match nul dans ce “Derby Vert“.

Le Stade Rennais se déplaçait en Italie, dans la prestigieuse antre de l’Olimpico pour y défier la Lazio. Dès la 2ème minute, Rennes aurait du obtenir un penalty mais l’arbitre ne bronche pas. Idem quelques minutes plus tard pour une main évidente dans la surface laziale. Au retour des vestiaires, Morel permet aux Rouges et Noirs d’ouvrir le score. Alors que le plus dur semble fait, l’entrée de Milinkovic-Savic vient changer le cours du match. Auteur d’un but et une passe décisive, il permet à la Lazio de l’emporter finalement malgré plusieurs occasions rennaises dans les dernières minutes. Avec 1 point pour nos deux clubs français engagés dans la compétition, tout est encore ouvert mais il faudra désormais des victoires pour espérer voir plus loin.

 

 


Max MIOTTO

Un beau jour, Pirlo toucha la balle et le foot devint art


Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des